Investance Partners

22 Place des Vosges, Immeuble le Monge

92979 Paris La Défense

www.investance-partners.com

communication@investance-partners.com | +33 1 58 18 68 80 

  • YouTube - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Twitter - Black Circle

DigitalKiosk n°21 - Newsletter Digital & Distribution Mars 2017

 

Relation client

 

Crowdfunding : Crédit.fr ou le prêt participatif des TPE en action

La Fintech de Crowdlending Credti.fr continue son développement et a récemment atteint le cap des 100 projets financés. Depuis Septembre 2016, un partenariat a été mis en place avec BNP Paribas, via sa filiale en ligne Hello Bank.

Ce partenariat permet aux clients de la banque en ligne de prêter directement aux TPE-PME en passant par les services de Credit.fr. L’offre de la filiale de BNP Paribas en matière d’épargne continue donc de s’étoffer afin de couvrir les besoins des clients.

Source : Banques en Ligne

 

La Banque Postale met le numérique au service de ses clients fragiles

Afin de lutter contre l’exclusion numérique et la précarité financière, La Banque Postale lance un programme pour former ses clients les plus fragiles.

Baptisé « Emmaüs Connect », le programme a pour objectif de former ses clients ayant le moins de compétences en termes de gestion financière et de numérique. La banque va pour cela former les commerciaux en agence et passer par les services de WeTechCare afin de bénéficier d’une plateforme en ligne.

Source : Les Echos

 

Comment Mastercard veut supprimer le passage en caisse avec Qkr!

Mastercard continue le déploiement de son offre Qkr! Notamment grâce à un partenariat avec Oracle. Qkr! s’adresse essentiellement aux clients des chaînes de restauration et permet de commander directement depuis son smartphone. Ils reçoivent suite une notification lorsque la commande est prête puis procède au paiement depuis l’application. La solution est basée sur porte-monnaie électronique de Mastercard « MasterPass ».

Le service s’est étendu en Mars à plusieurs nouveaux pays dont les Etats-Unis.

Source : Usine Digitale

 

La Caisse d'Epargne lance la première communauté sur l'argent

La Caisse d’Epargne a lancé le 14 mars dernier « La Communauté by Caisse d'Epargne ». La démarche peut sembler à contre courant des initiatives actuelles comme les services d’assistance via chatbot mais est en ligne avec le positionnement de la banque mutualiste. L’objectif est de centraliser les discussions liées aux sujets financiers de ses clients aujourd’hui matérialisées sur des forums externes à la banque.

Ce nouveau support doit également permettre de diminuer le budget de référencement via la référencement naturel.

Source : RelationClientsMag

 

Connaissance client

 

À l’heure du Big Data et du marketing digital, l’agence bancaire vise à renouer avec sa vocation de point de vente

Encouragée par l’attractivité des taux bas et l’entrée en vigueur de la loi Macron, la mobilité bancaire s’accentue. Les clients avertis ont bien compris qu’il y avait là un levier à exploiter pour renégocier les contrats et les conditions tarifaires. Face à cela, les banques investissent massivement sur le multi-canal et le Big Data pour être en mesure d’interagir au mieux avec leurs clients en leur proposant des offres ciblées à forte valeur ajoutée. Borne d’accueil robotisée, libre-service évolué, cross-canal, logique prédictive sont les transformations qui permettront de repenser l’agence point de vente de demain.

Source : Les Echos

 

Banques : comment la blockchain va révolutionner la connaissance client

Pour se prémunir contre la fraude, l’usurpation d’identité et le blanchiment d’argent, la connaissance client est fondamentale. La démarche KYC (Know Your Customer) est déjà totalement intégrée dans les cultures d’entreprise bancaires aujourd’hui. C’est le fondement indispensable à la blockchainisation du secteur de la finance. Des initiatives nationales et internationales sont en cours pour générer des synergies entre les banques afin de réunir et partager toutes les informations client. L’enjeu réside désormais dans la capacité à inscrire sur une blockchain infalsifiable et auditable les connaissances authentifiées des contreparties.

Source : Journal du Net

 

Fintech : des premiers clients aisés, diplômés et citadins

Cet article étudie l’attrait de la population pour les services financiers innovants, les Fintech. S’agissant de technologies novatrices, peu connues et peu répandues, le portrait-robot du client Fintech est sans surprise un francilien actif dont le niveau de revenu justifie l’attrait pour ces nouveaux services. C’est à nuancer mais les hommes semblent d’avantage intéressés que les femmes ou en tout cas plus prompts à franchir le pas. Nombreux restent sceptiques ou trouvent peu ou pas d’intérêts dans les Fintech. Ils préfèrent conserver la relation traditionnelle avec leur agence. Il y a donc une marge de progression intéressante.

Source : Les Echos

 

Le mot « fintech » encore largement méconnu des Français

Une très grande majorité de Français ne connait pas le terme « Fintech » ou ne sait pas ce qu’il signifie. Ceux qui les utilisent en revanche se montrent plutôt réceptifs aux innovations de la finance numérique. Nombreux sont ceux qui les utilisent sans le savoir : comparateurs de prix, cagnottes Leetchi, sites de financement participatif. Etonnamment, c’est dans le domaine de l’assurance que les attentes sont les plus fortes : « assurance habitation connectée » ou « agrégat de contrats d’assurance ». Une chose est certaine, start-up financières et banques traditionnelles vont devoir s’allier pour développer ces marchés d’avenir.

Source : Les Echos

 

Offres & Produits

 

BPCE lance un "start-up pass" et une plate-forme d'open data

Le groupe BPCE multiplie les initiatives pour accélérer sa transformation digitale et vient d'annoncer la mise en place d'un pass pour les start-up afin de faciliter la collaboration avec les FinTech dont le temps de travail est différent. Le groupe s'inscrit également dans une démarche d'open data avec l'ouverture de 13 jeux de données.

L'objectif annoncé est de faciliter la contractualisation avec les FinTech et de faire du groupe mutualiste un acteur incontournable du digital en France.

Source : Finyear

 

Carrefour lance C-Zam, une banque mobile... disponible en rayons

Carrefour Banque & Assurance, filiale du groupe Carrefour, va lancer en avril 2017 une offre de compte courant. Baptisé C-Zam, le compte sera disponible en rayon et activable en quelques minutes depuis une application mobile. Grâce à cette approche "phygitale", Carrefour veut séduire les millénials. Cette nouvelle offre va cependant rentrer en concurrence avec des entrants à venir tels que Orange Bank ou La Banque Postale avec son offre en ligne à venir.

Source : Usine Digitale

 

La banque prospère du futur : une infrastructure ouverte !

Les FinTech ont le vent en poupe. Leurs partisans sanctifient leur capacité à cerner au mieux les besoins des clients grâce au digital et à leur capacité d’innovation.

Les banques traditionnelles conservent cependant un certain nombre d'avantages, la connaissance client en tête. Afin de conserver leurs clients actuels, elles doivent donc protéger leur business model tout en tirant parti des innovations proposées par les FintTech.

Source : Madyness

 

Poland's MBank sets up EUR50 million FinTech fund

MBank en Pologne a mis en place un fond d’investissements spécialisé dans les FinTech (à hauteur de 50 millions d’euros) et a accéléré le projet afin d’investir dans les startups en Europe de l’Est et Centrale.

La banque polonaise a pour objectif de servir au mieux les besoins de ses clients via le digital et a mis en place un plan stratégique "Banque Mobile" à horizon 2020.

 

Source : Finextra

 

Risques

 

Le point de vue d’un banquier : « Une vraie visibilité sur 3 ou 5 ans faciliterait la conduite des changements »

La France est la championne de l’instabilité juridique, réglementaire et fiscale !

Le secteur bancaire français aurait bien besoin d’un peu de stabilité afin de faciliter la conduite des changements qui est menée au seins des différents établissements.

Il faut aussi être vigilant concernant les évolutions réglementaires outre-Atlantique et l’effet « Donald Trump ». Le Président américain à la volonté d’assouplir la réglementation bancaire et vient d’en annoncer une revue avec l’espoir de supprimer une grande partie de la loi Dodd-Frank.

Source : Revue Banque

 

Lutte contre la corruption : quelles avancées attendre de la loi Sapin 2 ?

La France a obtenu un score de 70/100 au travers du dernier rapport de ‘Transparency International’ sur les dispositifs anticorruptions à l’échelle du pays. Cela place la France au 23ème rang sur 168 pays.

La loi Sapin 2 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption, et à la modernisation de la vie économique prévoit la création d’une Agence française anticorruption (AFA) et remplacera le Service de prévention de la corruption (SCPC). Elle sera en charge d’appliquer l’article 17 visant à ancrer le dispositif de lutte contre la corruption au sein de l’économie par des mesures concrètes comme par exemple l’élaboration d’un code de conduite ; la mise en place d’un dispositif d’alerte interne à l’attention des salariés ; la réalisation d’une cartographie des risques visant à piloter les risques de corruption ; le déploiement d’un dispositif de formation ; le déploiement d’un dispositif de contrôle interne permettant d’assurer la mise en œuvre de l’ensemble de ces points.

Source : Revue Banque

 

Régulation financière : un sujet économique et citoyen

Quel équilibre faut-il adopter concernant la régulation bancaire ?

Depuis 2007-2008, l’environnement réglementaire est allé dans le sens de davantage de régulation avec le soutiens des représentants politiques au travers de textes comme Dodd-Franck aux Etats-Unis ; EMIR et MiFID 2 en Europe et Vickers aux Royaume-Unis. Cependant, la volonté de maintenir cette direction semble dorénavant plus faible.

La commission Européenne entend plutôt favoriser un retour au « calme législatif », aux Etas-Unis Donald Trump compte défaire les lois Dodd-Franck et à déjà signé deux décret en ce sens.

Source : Revue Banque

 

AnaCrédit, une lueur d’espoir pour les banques

La constitution de la base de données AnaCredit sur la distribution de crédits va demander des efforts de reporting supplémentaires aux banques.

A terme, l’objectif de la BCE et des banques centrales nationales sera de mener leurs propres analyses à distance, sans passer systématiquement par des missions d’inspection locales ou de nouveaux reporting complexes.

Source : Revue Banque

 

 

 

 

 

 

Please reload

Publications récentes
Please reload

Archives
Please reload